24, Place Kléber - "La Maison Rouge" - Tél. 03 88 23 56 36

Ejaculation précoce


Pourquoi faut-il soigner l’éjaculation prématurée ?

L'éjaculation prématurée est la dysfonction sexuelle masculine la plus fréquente. Elle touche environ 20 à 30 % des hommes à divers moments de leur vie, sans grande variation selon l’âge. De nombreuses études ont mis en évidence qu’elle entraînait une très importante souffrance chez l’homme, mais aussi chez la partenaire et le couple. L'éjaculation prématurée a, chez l'homme, une très forte répercussion sur sa qualité de vie en général, mais aussi sur sa satisfaction sexuelle qui est très diminuée. L'éjaculation prématurée altère la confiance en soi et l’estime de soi.
Ce problème perturbe aussi sur la sexualité féminine. D'ailleurs les hommes souffrant d’éjaculation prématurée éprouvent souvent une grande culpabilité vis-à-vis de leur partenaire. Des difficultés de communication peuvent apparaître dans le couple tant les deux partenaires ont du mal à aborder le problème : la femme parce qu’elle a peur de vexer son partenaire et de déclencher une anxiété d’échec ; l’homme parce qu’il réagit par le déni et l’évitement. Les rapports sexuels s’espacent (« tu vas encore éjaculer trop vite, à quoi bon essayer ? »), ce qui augmente encore davantage la rapidité de l’éjaculation et peut entraîner une crise de couple.

Comment définir l’éjaculation prématurée ?

Ces quarante dernières années ont vu sept ou huit définitions différentes de l'éjaculation prématurée. La dernière en date est celle de la Société Internationale de Médecine Sexuelle. Elle comprend trois critères :
- Une éjaculation qui survient toujours (ou presque toujours) avant ou au cours de la première minute après l'intromission du pénis dans le vagin ; 
- Une incapacité à gérer son excitation et de différer l'éjaculation lors des pénétrations vaginales ; 
- Des répercussions négatives tant personnelles qu'au sein du couple (détresse, frustration, évitement de l'intimité sexuelle). 

On distingue deux principales formes cliniques : 
- L’éjaculation prématurée primaire où l’éjaculation est très rapide, suivant de peu ou parfois précédant la pénétration, quasi-systématique pour tous les rapports sexuels, avec toutes les partenaires, depuis le début de l’activité sexuelle. Ces hommes, souvent jeunes et inexpérimentés, éprouvent une intense angoisse de performance. Ils pratiquent souvent une masturbation culpabilisée ; anxieux ils sont habitués à appaiser rapidement leur tension psychique par la masturbation.
- L’éjaculation prématurée secondaire survient après une période de vie sexuelle où l’éjaculation ne posait pas de problème. Ce changement est souvent provoqué par un événement de vie retentissant sur la vie intime (par exemple l’arrivée d’un enfant), à des difficultés d’ordre psychologique, relationnel ou médical. 

Il peut exister un lien de cause à effet entre éjaculation prématurée et dysfonction érectile :
Un éjaculateur prématuré peut, à la longue, souffrir de troubles de l'érection (retentissement de l'anxiété sur l'érection).
Un homme avec une érection instable peut devenir éjaculateur prématuré car il va se "dépêcher" avant la disparition de l'érection.


Quelles sont les causes de l’éjaculation prématurée ?
  
• Un manque d’habiletés sexuelles permettant de gérer l’excitation. Le sujet ne peut pas conserver son excitation à des niveaux inférieurs à celui qui déclenche le réflexe éjaculatoire et il est alors incapable de prolonger la durée de la pénétration.
• Le rôle clé d’un neuromédiateur cérébral : la sérotonine. l’éjaculation prématurée est liée à une quantité insuffisante de sérotonine dans le système nerveux.

Comment soigner l’éjaculation prématurée ?

Le plus souvent, l’éjaculation prématurée répondra à un traitement combiné associant une thérapie  sexologique à un traitement médicamenteux.
Le médicament (agissant sur la sérotonine) sera la condition de la guérison : il mettra fin au cercle vicieux d'aggravation en permettant à l'homme de "tenir" un peu plus longtemps.
La sexothérapie ou la relaxation va permettre l'apprentissage de la gestion de l'excitation et l'apaisement de l'anxiété.


Conclusion

Chaque patient souffrant d’une éjaculation prématurée a la possibilité de la soigner. Pour cela, il doit dépasser la gêne et la honte à consulter. L’éjaculation prématurée est le plus souvent une souffrance qui concerne le couple et la participation de la partenaire dans la démarche de soins est le plus souvent utile. Chaque patient doit pouvoir bénéficier d’une éducation psychosexuelle de base. Le praticien dispose aujourd’hui de différents traitements et peut offrir à chaque patient et à chaque couple une intervention psychosexologique appropriée, seule ou en complément d’une pharmacothérapie.